Créer une entreprise
Nous sommes à votre disposition si vous avez la moindre question concernant la création de votre société.
Créer une entreprise
logo qiiro bleu
Tous vos documents juridiques rédigés par des professionnels du droit.
Testez Qiiro sans engagement.
2000
Documents
32
Juristes
1000
Avocats partenaires
Création d'entreprise
Le compte de résultat

Étape 6 : Le compte de résultat

picto juriste qiiro
Rédigé par :

Killian, expert chez Qiiro

Temps de lecture :
7 min
Créer une SCI
Créer une SARL
Créer une SASU
Créer une SAS
Créer une EURL
Créer une EIRL
Créer une entreprise
Créer un business plan

Le compte de résultat est l'un des principaux rapports financiers utilisés par les comptables et les propriétaires d'entreprises présent dans le prévisionnel financier. (Les autres principaux rapports financiers sont le bilan, l'état des flux de trésorerie, l'état du résultat global et l'état des capitaux propres). Le compte de résultat est parfois appelé état des opérations, état des profits et pertes ou état des résultats.


Le compte de résultat est important car lorsque l'on utilise la méthode de la comptabilité d'exercice, il montre la rentabilité d'une entreprise pendant l'intervalle de temps spécifié dans sa rubrique. La période couverte par le compte de résultat est choisie par l'entreprise et variera. Ce tableau financier est un tableau qui sera demandé par un banquier ou investisseur lorsque vous demanderez un financement, pour cela il faut alors qu’il soit présent dans votre Business Plan lors d’une création d’entreprise.


✍    BON À SAVOIR
N'oubliez pas que le compte de résultat indique les recettes, les dépenses, les gains et les pertes ; il n'indique ni les encaissements (argent que vous recevez) ni les décaissements (argent que vous payez).


Les gens font attention à la rentabilité d'une entreprise pour de nombreuses raisons. Par exemple, si une entreprise n'a pas pu fonctionner de manière rentable, un banquier ou investisseur peut hésiter à accorder un crédit supplémentaire à l'entreprise. D'autre part, une entreprise qui a fonctionné de manière rentable a démontré sa capacité à utiliser les fonds empruntés et investis avec succès. La capacité d'une entreprise à fonctionner de manière rentable est importante pour les prêteurs et investisseurs actuels, les prêteurs et investisseurs potentiels, la direction de l'entreprise, les concurrents, les organismes gouvernementaux, les syndicats et autres.


Le format du compte de résultat ou du compte de profits et pertes varie en fonction de la complexité des activités de l'entreprise. Toutefois, la plupart des entreprises auront les éléments suivants dans leur compte de résultat :


A. Revenus et gains 

1. Revenus des activités primaires 

2. Revenus ou revenus provenant d'activités secondaires 

3. Gains (par exemple, gain sur la vente d'actifs à long terme, gain sur des poursuites judiciaires)


B. Dépenses et pertes 

1. Dépenses liées aux activités principales 

2. Dépenses liées aux activités secondaires 

3. Pertes (par exemple, perte sur la vente d'actifs à long terme, perte résultant de poursuites judiciaires) 

4. Pertes de valeur

Créer une SCICréer une SASCréer une SASUCréer une EURLCréer une SARLCréer une EIRLCréer une entreprise

Revenus et gains

1. Les revenus des activités primaires sont souvent appelés revenus d'exploitation. Les activités principales d'un détaillant sont l'achat de marchandises et la vente de celles-ci. Les activités principales d'un fabricant sont la production et la vente des produits. Pour les détaillants, les fabricants, les grossistes et les distributeurs, les recettes résultant de leurs activités primaires sont appelées recettes ou ventes. Les activités principales d'une entreprise qui fournit des services consistent à acquérir une expertise et à la vendre aux clients. 

Pour les entreprises qui fournissent des services, les revenus résultant de leurs activités principales sont appelés revenus de services ou honoraires gagnés. (Certaines personnes utilisent le mot "revenus" de manière interchangeable avec "recettes").


Il est essentiel de ne pas confondre les revenus avec les recettes. Dans la comptabilité d'exercice, les revenus des services et des ventes figurent en haut du compte de résultat dans la période où ils sont gagnés ou livrés, et non dans la période où l'argent est encaissé. En d'autres termes, les recettes se produisent lorsque l'argent est gagné, les encaissements se produisent lorsque l'argent est reçu.


Par exemple, si un détaillant donne aux clients 30 jours pour payer, les recettes se produisent (et sont déclarées) lorsque la marchandise est vendue à l'acheteur, et non pas lorsque l'argent est reçu 30 jours plus tard. Si la marchandise est vendue en décembre, la vente est déclarée dans le compte de résultat de décembre. Lorsque le détaillant reçoit le chèque en janvier pour la vente de décembre, il reçoit un reçu de janvier.


De même, si une société de conseil demande à ses clients de payer dans les 30 jours suivant la réception de leur service, les recettes se produisent (et sont déclarées) lorsque le service est effectué (gagné), et non 30 jours plus tard lorsque la société de conseil reçoit l'argent du client.


Si un avocat demande à son client de payer d'avance 1 000 euros avant de commencer ses recherches sur le cas de son client, l'avocat dispose d'un reçu, mais n'a pas de revenus tant qu'une partie des recherches n'a pas été effectuée.

Si une entreprise vend un article à un acheteur qui le paie immédiatement en espèces, l'entreprise dispose à la fois d'un reçu et de revenus pour ce jour-là, elle dispose d'un reçu en espèces parce qu'elle a reçu du liquide ; elle dispose de revenus de vente parce qu'elle a vendu des marchandises.


En connaissant la différence entre les recettes et les revenus, vous vous assurez que les revenus d'une transaction ne sont déclarés qu'une fois, lorsque les activités principales ont été achevées (et pas nécessairement lorsque l'argent est encaissé).

Renforçons la distinction entre recettes et revenus avec quelques exemples supplémentaires.


Une entreprise emprunte 10 000 € à sa banque en signant un billet à ordre à échéance de 90 jours. L'entreprise aura un reçu de 10 000 € au moment du prêt, mais elle n'a pas de revenus car elle n'a pas gagné l'argent en effectuant un service ou en vendant des marchandises.



Si une entreprise a fourni un service de 1 000 € le 31 janvier et a donné au client jusqu'au 10 mars pour payer le service, le compte de résultat de janvier de l'entreprise indiquera des revenus de 1 000 €. Lorsque l'argent est effectivement reçu en mars, le compte de résultat de mars n'indiquera pas les revenus de cette transaction. (En mars, l'entreprise signalera une réception d'argent et une réduction d'une créance).


Une société effectue un service de 400 € le 31 décembre et reçoit les 400 € le jour même (31 décembre). Cette société déclarera 400 € de recettes le 31 décembre, non pas parce qu'elle a eu une rentrée d'argent le 31 décembre, mais parce que le service a été exécuté ce jour-là.



Le 10 décembre, un nouveau client demande à votre société de conseil de lui fournir un service de 2 500 € en janvier. Vous n'êtes pas sûr que ce client soit solvable ou non, alors pour être sûr, vous demandez un paiement partiel immédiat de 1 000 € avant d'accepter de programmer le travail pour janvier. Bien que votre société de conseil ait un reçu de 1 000 € en décembre, elle n'a pas de revenus en décembre. (En décembre, votre société enregistrera un passif de 1 000 €.) Votre société de conseil déclarera les 1 000 € de revenus lorsqu'elle effectuera 1 000 € de services en janvier.



2. Les recettes provenant d'activités secondaires sont souvent appelées recettes hors exploitation. Il s'agit des montants qu'une entreprise gagne en dehors de l'achat et de la vente de biens et de services. Par exemple, lorsqu'une entreprise de vente au détail gagne des intérêts sur une partie de ses liquidités inutilisées, ou gagne un loyer sur un espace vacant, ces revenus résultent d'une activité autre que l'achat et la vente de marchandises. 


Par conséquent, les revenus sont déclarés dans le compte de résultat séparément de son activité principale de vente ou de prestation de services.

Comme c'est le cas pour les revenus d'exploitation, les revenus hors exploitation sont déclarés dans le compte de résultat au cours de la période où ils sont gagnés et non au moment où l'argent est encaissé.


✍    BON À SAVOIR
Ne confondez pas les recettes avec les encaissements.


Les recettes (d'exploitation et hors exploitation) se produisent lorsqu'une vente est effectuée ou lorsqu'elles sont gagnées. Les recettes sont souvent gagnées et comptabilisées dans le compte de résultat avant de recevoir l'argent.

Les recettes se produisent lorsque l'argent est reçu/encaissé.

3. Les gains, tels que les gains sur la vente d'actifs à long terme, résultent d'une transaction qui ne fait pas partie des activités principales de la plupart des entreprises. Un gain est déclaré dans le compte de résultat comme étant le net de deux montants : le produit de la vente d'un actif à long terme moins le montant inscrit pour cet élément dans les comptes de l'entreprise (valeur comptable). Il y a gain lorsque le produit de la vente est supérieur à la valeur comptable.


Prenons cet exemple : Supposons qu'un détaillant de vêtements décide de se défaire de la voiture de l'entreprise et la vend pour 6 000 €. Les 6 000 € reçus pour la voiture (le produit de la cession de la voiture) ne seront pas inclus dans les recettes des ventes puisque le compte Ventes est utilisé uniquement pour la vente de marchandises.

Comme ce détaillant n'a pas pour activité l'achat et la vente de voitures, la vente de la voiture est en dehors de ses activités principales. Au fil des ans, le coût de la voiture a été amorti dans les registres comptables de l'entreprise et, par conséquent, l'argent reçu pour la voiture (6 000 €) était supérieur au montant net indiqué pour la voiture dans les registres comptables (3 500 €). Cela signifie que l'entreprise doit déclarer un gain égal au montant de la différence, dans ce cas, le gain est déclaré comme étant de 2 500 €. Ce gain ne doit pas être déclaré en tant que produit des ventes, ni figurer dans le cadre des activités principales du marchand. Il apparaît plutôt dans une section du compte de résultat intitulée "gains hors exploitation" ou "autres revenus". Le gain est déclaré dans la période au cours de laquelle la cession a eu lieu.

Je souhaite créer mon entreprise
Je souhaite créer mon business plan

Dépenses et pertes

✍    BON À SAVOIR
Lors d’une création d’entreprise, il est important que vos charges (estimations de vos dépenses) soient répertoriées dans un Business Model Canvas afin que vous puissiez identifier votre structure de coût et pouvoir minimiser ces derniers.


1. Les dépenses liées aux activités primaires sont des dépenses engagées pour obtenir des revenus d'exploitation normaux. Selon la méthode de la comptabilité d'exercice, les dépenses liées aux commissions de vente doivent apparaître dans le compte de résultat au cours de la même période que celle où les ventes correspondantes sont déclarées, indépendamment du moment où la commission est effectivement payée.


De la même manière, le coût des marchandises vendues est mis en correspondance avec les ventes correspondantes dans le compte de résultat, indépendamment du moment où le fournisseur de la marchandise est payé.


Les coûts épuisés (ou arrivant à échéance) au cours de la période comptable indiquée dans la rubrique du compte de résultat sont également considérés comme des dépenses de cette période. Par exemple, les services publics utilisés dans un magasin de détail en décembre doivent figurer dans le compte de résultat de décembre, même si les compteurs du service public ne sont pas relevés avant le 1er janvier et que la facture est payée le 1er février.


Les exemples ci-dessus reflètent le principe de correspondance et montrent que, selon la méthode de la comptabilité d'exercice, les dépenses figurant au compte de résultat sont susceptibles d'être déclarées à des moments différents de ceux des dépenses et décaissements en espèces.

Il est courant que les dépenses soient effectuées avant que l'entreprise ne les paie (par exemple, les salaires gagnés par les employés, les primes et les vacances des employés, les services publics et les commissions de vente). Toutefois, certaines dépenses se produisent après que l'entreprise les a payées. Par exemple, supposons qu'une entreprise achète un immeuble le 31 décembre 2018 pour 300 000 euros (hors coût du terrain). Le bâtiment est supposé avoir une durée de vie utile de 30 ans. L'entreprise a payé le bâtiment au comptant le 31 décembre 2018, mais elle enregistrera une charge d'amortissement de 10 000 € pour chacune des années 2019 à 2048.

Les paiements en espèces ne signifient pas toujours qu'une dépense a été effectuée. Par exemple, une entreprise peut payer 20 000 € à la banque pour réduire son emprunt bancaire. Ce paiement réduira les liquidités de l'entreprise et sa dette envers la banque, mais il ne constitue pas une dépense.


Certaines dépenses sont mises en regard des ventes dans le compte de résultat parce qu'il existe un lien de cause à effet, la vente de la marchandise a entraîné le coût des marchandises vendues et la dépense de commission de vente. D'autres dépenses ne sont pas directement liées aux ventes et, par conséquent, elles sont mises en correspondance avec l'exercice comptable au cours duquel elles sont consommées ou utilisées. Par exemple, les dépenses de services publics, les dépenses de salaires des bureaux et les dépenses d'amortissement. Certaines dépenses, telles que les frais de publicité et les frais de recherche et développement, ne peuvent être liées ni aux ventes ni à un exercice comptable spécifique et, par conséquent, elles sont comptabilisées en tant que dépenses dès qu'elles se produisent.


Les entreprises ayant des produits en stock peuvent constater que la valeur nette de réalisation des produits est inférieure à leur coût. Souvent, cela oblige l'entreprise à réduire immédiatement le coût de ses stocks dans le bilan et à augmenter le coût des marchandises vendues dans le compte de résultat courant. Cela a pour effet de réduire le bénéfice brut, le revenu net et les capitaux propres de la période en cours.


Les comptes de résultat ou les comptes de profits et pertes des commerçants et des fabricants utilisent une ligne distincte pour le coût des marchandises vendues. Les autres dépenses liées à leurs activités principales seront soit regroupées en tant que dépenses d'exploitation, soit subdivisées dans les catégories "vente" et "administration".



2. Les dépenses liées aux activités secondaires sont appelées dépenses hors exploitation. Par exemple, les intérêts débiteurs sont des dépenses hors exploitation parce qu'ils concernent la fonction financière de l'entreprise, plutôt que les activités primaires d'achat/production et de vente.



3. Les pertes telles que la perte résultant de la vente d'actifs à long terme ou la perte sur les poursuites judiciaires résultent d'une transaction qui n'est pas liée aux activités principales de l'entreprise. Une perte est déclarée comme le net de deux montants : le montant inscrit pour l'article dans les comptes de la société (valeur comptable) moins le produit de la vente. Il y a perte lorsque le produit de la vente est inférieur à la valeur comptable.


Supposons qu'un détaillant de vêtements décide de se défaire de la voiture de l'entreprise. Le produit de la cession est de 2 800 €. Ce montant est inférieur aux 3 500 € indiqués dans les registres comptables de l'entreprise. Comme ce détaillant n'exerce pas d'activité d'achat et de vente de voitures (la vente de la voiture est en dehors des activités d'exploitation d'achat et de vente de vêtements), l'argent reçu pour la voiture ne sera pas inclus dans le produit des ventes, et la perte subie sur la vente de la voiture (700 €) ne sera pas incluse dans les frais d'exploitation. En revanche, la perte de 700 € apparaîtra dans une section du compte de résultat intitulée "gains ou pertes hors exploitation" ou "autres revenus ou pertes". La perte est déclarée dans la période au cours de laquelle la cession a lieu.


4. Pertes de valeur. Certains actifs à long terme détenus par une société connaîtront une baisse de valeur importante et la valeur comptable des actifs devra être réduite. Le montant de cette réduction est appelé "perte de valeur" et sera comptabilisé dans le compte de résultat de l'entreprise.

Des pertes de valeur peuvent également survenir pour les actifs corporels.



✍    BON À SAVOIR
Le compte de résultat ou le compte de pertes et profits indique les recettes, les dépenses, les gains et les pertes. Le compte de résultat n'indique pas les encaissements et les décaissements.

Considérations supplémentaires

Passé vs. Futur. Le compte de résultat couvre une période passée, et le passé peut ou non être indicatif de l'avenir. Par exemple, une entreprise qui fournit un article à la mode très demandé pour les dernières vacances peut avoir connu une bonne année financièrement, mais si elle ne produit pas un article aussi réussi pour les prochaines vacances, elle peut connaître une mauvaise année financièrement.


Les dépenses n'équivalent pas à la réalité économique. En raison du principe des coûts et de l'inflation, les dépenses figurant dans le compte de résultat reflètent des coûts anciens. Par exemple, supposons qu'une entreprise exploite une usine de fabrication vieille de quarante ans qui a coûté 400 000 euros. La charge d'amortissement de cette usine peut être nulle dans le compte de résultat courant car l'usine a été amortie sur 30 ans. Le coût d'une nouvelle usine pourrait être de 4 000 000 € aujourd'hui et la charge d'amortissement de la nouvelle usine pourrait être de 130 000 € par an. Le principe du coût, cependant, interdit d'indiquer l'amortissement basé sur le coût de remplacement d'une nouvelle usine.


Utilisation d'estimations. Un comptable ne peut pas se permettre le luxe d'attendre que les choses soient connues avec certitude. Afin de comptabiliser les recettes lorsqu'elles sont gagnées, de comptabiliser les dépenses lorsqu'elles sont engagées ou de faire correspondre les dépenses aux recettes, les comptables doivent souvent utiliser des estimations. Les exemples incluent les dépenses pour créances douteuses et les dépenses d'amortissement.


Les occasions manquées ne sont pas signalées. Supposons qu'un employé n'ait pas effectué la lubrification de routine d'une machine de production unique et que la machine ait cessé de fonctionner. En plus du coût des pièces et de la main-d'œuvre pour réparer la machine, l'entreprise a manqué l'occasion de réaliser un bénéfice de 100 000 € parce que la machine était inutilisée. Bien que le coût des pièces et de la main-d'œuvre soit comptabilisé dans le compte de résultat de l'exercice en cours comme frais de réparation, le manque à gagner de 100 000 euros ne sera pas déclaré.


Si la machine cassée cause d'énormes problèmes aux clients de l'entreprise, ceux-ci peuvent changer de fournisseur. Si cela se produit, l'entreprise estime qu'elle perdra la possibilité de réaliser un million d’euros de bénéfices futurs. Ce million d’euros est également un coût d'opportunité qui ne sera pas déclaré comme une dépense ou une perte dans le compte de résultat de la période en cours.

Je souhaite créer mon entreprise
Je souhaite créer mon business plan

Je souhaite créer mon entreprise
Notre équipe de juristes vous a préparé une synthèse :
Revenir en haut de page
logo qiiro
Restez informé
Merci. Nous avons bien pris en compte votre inscription.
Oops! Une erreur s'est produite. Veuillez re-essayer ou nous contacter via service@qiiro.eu.